Archives du mot-clé Geopora sumneriana

Le printemps chante: Pézizes sous Cèdre

Nous les guettions sous les Séquoias du parc de Laurenzanne à Gradignan (33) où ils étaient notamment apparus le 13 mars 2017 et le 14 avril 2018 (cliquer sur les liens). C’est finalement au pied d’un Cèdre de l’Himalaya que nous les avons découverts ce 20 mars, veille du printemps. Toujours à Gradignan mais dans le parc de la Motte féodale qui surplombe l’Eau Bourde et qui présente de vastes espaces fréquentés par des cyclistes et des promeneurs.

Cette Pézize est appellée le plus souvent Geopora sumneriana ou Sepultaria sumneria. On retrouvera de nombreux synonymes notamment sur sa fiche de MycoDB. Ses appellations de Pézize des cèdres et Géopore des cèdres évoque combien ce champignon printanier est lié à ces arbres. Un habitat très courant mais il peut, plus rarement, cohabiter avec les Ifs et, nous l’avons vu précedemment, avec les Séquoias.

Il se présente, ouvert, en étoile à fleur de terre avec de petits poils brun foncé sur la face externe. Les pages dédiées à la mycologie sur Face Book « regorgent » de photos de Pézizes du cèdre témoignant de son apparition en ce moment.

M.P. 

Sur le Net:

SMNF

MycoDB

Wikipedia

Champyves

Les pézizes du cèdre encore au pied de leurs séquoias

L’année dernière , les 13 et 24 mars, nous avions remarqué au pied de deux Sequoia giganteum du Parc de Laurenzanne à Gradignan (33) la présence de Geopora sumneriana . Ce jour, 14 avril 2018, nous avons fait le tour des cèdres, nombreux dans ce parc où se dresse la mairie de la commune girondine. Point de Pézize du cèdre près de leurs troncs majestueux de cèdres plantés au XIX ème siècle.

Sequoia-giganteum-MP.jpg

En revanche, cette Pézize très enterrée était revenue à l’endroit de la station que nous avions signalée l’année dernière, au pied des non moins majestueux séquoias géants.

Geopora-sumneriana-station.jpg

La pousse s’est produite un peu plus tard qu’en 2017.

Geopora-sumneriana-1-MP.jpg

Nous avions, bien sûr, surveillé les jours précédents l’éventualité de leur « arrêt » à leur station. Les conditions climatiques ont sans doute (plus que les grèves dans les transports…) retardé leur venue. Nous verrons si en 2019 ces belles pézizes offriront leurs blanches corolles printanières à nos regards.

M.P.

Geopora-sumneriana-2-MP.jpg

La pézize « du Cèdre » sous Sequoia

210454857Beaucoup de parcs, dans les environs de Bordeaux, ont été arborés au XIXème siècle par des propriétaires qui y avaient une résidence secondaire de belle dimension et … de belle facture. Aux parcs s’ajoutaient parfois quelques rangs de vignes, territoire viticole oblige. Au fil des successions certaines de ces propriétés ont été acquises par les municipalités et le château requalifié en hôtel de ville. Ainsi en est-il de Laurenzanne à Gradignan avec un parc planté notamment de cèdres majestueux et de sequoias non moins imposants.
Nous étions habitué, depuis quelques années, à rencontrer, au pied des cèdres la pézize emblématique de ce biotope Sepultara sumneriana (Cooke) Massee = Geopora sumneriana (Cooke) M. Torre. Elle avait bien été signalée une fois tout près d’un sequioa mais d’autres observateurs avaient objecté que les cèdres n’étaient pas loin… Cette espèce serait-elle exclusive du cèdre? Dans la littérature, la pézize dite du cèdre est mentionnée aussi « plus rarement sous les ifs ».2720081466

D’année en année, vers le printemps, nous constations que la présence de ce champignon sphérique très enterré se faisait de plus en plus rare sous les cèdres de Laurenzanne. En 2016 il y était inexistant. En mars 2017 (les 13 et 24 mars) il n’est apparu dans ce parc que sous un Sequoia giganteum.4158960761Macroscopiquement cette sphère brune (longs poil, bruns sur la face externe de l’apothécie) très enterrée et souvent très près de l’arbre hôte, s’ouvre en étoile et offre au regard son hyménium blanc à crème.3674926675Microscopiquement (observations ici dans le liquide de Lugol) les asques sont à sommets non amyloïde (J-), les paraphyses étroites et renflées à leur extrémités, les spores souvent uni ou bi-guttulées, les poils du trichoderme sont septés. Dimensions sporales de notre récolte du 24 mars: (26,4) 26,7 – 30,6 (32,2) × (12,7) 13,6 – 15,8 (16) µm Q = (1,7) 1,8 – 2,07 (2,1) ; N = 24 Me = 28,5 × 14,9 µm ; Qe = 1,922598840912944929208.jpg

M.P.