Archives du mot-clé Sarcosphaera coronaria

Rétro 2014: Bordeaux ascos rive gauche/rive droite

Par respect de confinement nous n’y retournons pas mais… à la même période, fin mars 2014, nous faisions un petit tour printanier dans l’agglomération bordelaise pour y retrouver de vieilles connaissances.

Nous plongions vendredi 28 mars 2014, à Bordeaux-Lac, dans la pinède.

sarcosphaera coronaria(jacquin) j. schröter,sarcosphaera crassa,helvella fusca,helvella monachella,helvella spadicea,bordeaux lac,lormont,yves mortureux,michel pujol,cema,ascomycètes,helvelles pézizes

Les Pézizes couronnées, quelque peu écrasées par endroit, offraient leur coupes d’un bleu profond bien enterrées entre mousses et aiguilles. La pousse semblait dater de quelques jours pour les plus anciennes tachetées de gris. Bien identifiées par notre ami Yves Mortureux qui retrouvait cette espèce dans une station habituelle qui recelait une vingtaine d’exemplaires en ce début de millésime 2014. Les promeneurs que nous rencontrons alors sont intrigués. Des champignons en ce moment? ça se mange? Nous avions beau leur dire que ceux-ci étaient toxiques, ils regardaient dubitatifs le fond du panier où quelques-unes avaient été gardées pour étude.

sarcosphaera coronaria(jacquin) j. schröter,sarcosphaera crassa,helvella fusca,helvella monachella,helvella spadicea,bordeaux lac,lormont,yves mortureux,michel pujol,cema,ascomycètes,helvelles pézizes

Outre les Sarcosphaera coronaria (= S.crassa) nous reverrons au bord du Lac de Bordeaux quelques Tricholomes proches de terreum et des Helvelles blanc et noir (leucomelaena) en remarquant que leur présence s’était déportée par rapport à l’année précédente. Il court, il court le mycélium…

De l’autre côté de la Garonne, en face à Lormont « nos helvelles » nous avaient paru bien paresseuses en cette année 2014 quand nous étions allés, peu avant, regarder au pied de la carrière à l’ombre des peupliers noirs. Ni Helvella fusca ni Helvella monachella. Il manquait alors peut-être un zeste de chaleur et un filet d’eau.

sarcosphaera coronaria(jacquin) j. schröter,sarcosphaera crassa,helvella fusca,helvella monachella,helvella spadicea,bordeaux lac,lormont,yves mortureux,michel pujol,cema,ascomycètes,helvelles pézizes

Le dimanche 30 mars 2014 elles avaient timidement réélu domicile entre carrière et ligne de chemin de fer, sous les Populus nigra pour les fusca. Seulement deux exemplaires (ci-dessus) présents ce 30 mars là.

sarcosphaera coronaria(jacquin) j. schröter,sarcosphaera crassa,helvella fusca,helvella monachella,helvella spadicea,bordeaux lac,lormont,yves mortureux,michel pujol,cema,ascomycètes,helvelles pézizes

Davantage de « Religieuses », les cinq ci-dessus, près des deux autres mais plus éloignées des peupliers, sur la terre nue.

sarcosphaera coronaria(jacquin) j. schröter,sarcosphaera crassa,helvella fusca,helvella monachella,helvella spadicea,bordeaux lac,lormont,yves mortureux,michel pujol,cema,ascomycètes,helvelles pézizes

Helvella monachella (= H. spadicea) est coiffée de noir alors que H. fusca, comme son nom l’indique l’est de brun mais outre leur différence de taille (en moyenne) le stipe (pied) de la première est lisse alors que celui de la seconde est lacuneux. Aucun intérêt gastronomique, toxiques à l’état cru comme beaucoup d’ascos, comestibilité incertaine voire « risquée » une fois cuites et en tout cas, surtout pour la seconde, à préserver car assez rare.

                                                                            Michel Pujol

 

L’asco semi hypogé du Lac

 

Sarcosphera-crassa-mort-.jpg

L’ami Yves Mortureux nous l’avait fait connaître in situ en 2010. Plusieurs stations sous les pins au bord du Lac de Bordeaux. Tous les ans, fin mars début avril, nous guettons la pousse de cette belle espèce aux reflets bleus. Le 8 avril nous avons bien vu quelques amanites jonquille et bolets de bouviers mais les pézizes couronnées n’avaient pas encore soulevé le tapis d’aiguilles. En revanche,

Bx-lac-1.jpg

   le 19 avril nous les avons retrouvées avec les amis Yves et Jean-Claude. La pousse avait dû se produire peu de temps après notre premier passage parce que les champignons étaient déjà, pour la plupart,  plutôt desséchés (photo ci-dessus).

sarco-montage.jpg

Cette pézize est décrite par beaucoup d’auteurs (biblio en fin de texte). Elle  est nommée « étoilée », « couronnée » ou « en couronne » ainsi que s’ouvre la sphère enterrée pour livrer son hyménium vite violet. Au fil des publications Sarcosphaera coronaria est devenue totalement infréquentable dans l’assiette. André Marchand en 1976 remarquait: « On s’abstiendra de manger ce champignon à l’état cru…. Par contre après cuisson et rejet de l’eau de végétation… » Dans Le guide des champignons France et Europe (édition 2011) Eyssartier&Roux soulignent en rouge que cette pézize « peut être mortelle à l’état cru, et est toujours très toxique une fois cuite ». Cette toxicité est affirmée par tous les auteurs aujourd’hui. Il n’est pas inutile de rappeler qu’en matière d’intoxication par les champignons il est risqué de suivre les indications de comestibilité de livres anciens pour des espèces qui se sont révélées très toxiques ensuite.

micro-sarco.jpg

Microscopie

Spores: hyalines colorées ici au lugol (haut droite et bas gauche) et congo ammoniacal (centre gauche), elliptiques arrondies aux extrémités. Mesures observées pour cette récolte:

Spores (11,3) 13,8 – 17,1 (17,6) × (6,2) 6,4 – 8,1 (8,5) µm

Me = 15,4 × 7,3 µm ; Qe = 2,1

Paraphyses: mises en évidence ici dans le bleu lactique (en bas à droite), cylindriques granuleuses en forme de massue au long manche;

Asques: octosporées à sommet amyloïde (en bas à gauche).

                                                                                                                                                             M.P.

petite bibliographie:

Myco Db Sarcosphaera coronaria

Marchand 199

Eyssartier&Roux p. 1064

Bon p. 331

Courtecuisse n°25

Breitenbach t.1 n°34

Borgarino&Hurtado p.50